.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Heaven Valley :: South Side Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Share my Boredom | Côme

avatar
Feat. : Diego Barrueco
Date d'inscription : 18/12/2017
Date de naissance : 28/01/1994
Ville de naissance : Rome
Âge : 24
Métier/études : Un profiteur et un jouisseur
Nombres de messages : 7
Points : 116
Pseudo : Haflingirl
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Déc - 23:55



Share my boredom

« Les rencontres dans la vie sont comme le vent. Certaines vous effleurent juste la peau, d'autres vous renversent complètement. »

 
Gio & Côme

Encore une nuit... Encore une nuit. L'obscurité tombait alors que le crépuscule gagnait enfin la bataille contre le jour. Le soleil sombrait dans une nuée sanglante que les nuages tentaient tant bien que mal d'éponger. Alors que chacun rentrait gentiment chez lui, que le travailleur aux épaules courbés se rentraient pour retrouver la marmaille criante et les adolescents dépressifs à qui l'on offrait pourtant tout, alors que les sourires s'étiraient ou que les yeux se fermaient doucement. Une autre catégorie de personne, elle, ouvrait les yeux, se fondant dans la lumière des réverbères. Parmi eux, un homme n'échappait pas à la règle. Une autre de ces ombres qui ère dans la nuit, porté par le boum boum des boites de nuits et les néons lumineux des bars, enveloppé d'un nuage de fumée âcre et des relents d'alcool. Cette nuit là, une fine bruine se déversait sur le bitume et dans la chevelure de jais de l'homme qui avançait encore et encore sans réel but précis. Une cigarette au coin des lèvres, il allait et venait de son sourire charmeur et goguenard qui irritait et intriguait. Un drôle d'énergumène aux idées vicelardes, la clientèle ne faisait pas foule ce soir et le temps ne jouait pas en sa faveur. La frustration s'emparait peu à peu de son corps. Trois jours qu'il n'avait pas laissé une personne seule au creux de ses draps. Trois longues journées que seule la poudre blanches et les pochons précieusement gardé dans la poche de son blouson était sa seule source de revenu. Grasse, abondante, mais là n'était pas la question. Il lui fallait autre chose, se changer les idées, se noyer dans l'illégalité, si ce n'était pas le sexe qui le portait ce serait l'alcool, la drogue et tout ce qui pourrait le sortir de la monotonie grise de cette ville et des derniers jours.

Il se souvint alors de cette fête dont il avait eu vent quelques heures auparavant. Une adresse bien vite retrouvée, il arpenta les rues juché sur sa chère et tendre moto rutilante dont le moteur vrombissait sûrement un peu trop fort et dont les pneus tournaient sûrement un peu trop vite. Il cherchait l'adrénaline, comme toujours, Son corps ne semblait fonctionner correctement que si il repoussait ses limites à des points extrêmes. Enfin il trouva, gara sa femme avec grand soin et grimpa les escaliers avec nonchalance, un filet de fumée s'échappant d'entre ses lèvres. Il entra dans la pièce, la musique battait son plein, les lumières kaléidoscopiques firent un instant vriller ses pupilles déjà largement dilatées. Un masque sur la visage, le sourire faux, la leur sombre au coin des yeux, slalomant ente les gens qui se déhanchait vulgairement sans réel but, l'alcool guidant leur pas. Il se décida à les rejoindre en se noyant tant bien que mal dans la vodka et le bourbon avant de couver la salle d'un regard quasi prédateur. Un homme qui s'écartait de la foule attira son attention. En parfait esthète, tout ce qui était beau attirait son regard, aimanté par cet homme appuyé contre ce mur. Par ce regard sombre et ses cheveux bruns. Il fut tiré de sa contemplation par une bousculade soudaine. Il s'échappa de cette étreinte oppressante,pour s'approcher du charmant visage au loin. Aucun tact, il observait simplement, pas d'anticipation ce soir, du moins pas à cet instant. L'alcool montait doucement mais sûrement, il avait chaud. Un sourire charmeur presque carnassier au coin des lèvres dans un parfait jeu d'acteur :
- Hello beau brun. On dirait que tu t'ennuies ici. Ça te dirait pas qu'on aille faire quelque chose de plus .. intéressant ?

Il s'amusait tout simplement entre l'homme frustré et le grand gamin. Il laissa un temps de latence, avant de se reprendre :
- Allez fais pas cette tête je te charrie.

Il s'amusait beaucoup, testait la moindre de ses réactions alors que l'alcool le faisait passer du sombre à l'enfant. Au moins il était dans un bon jour, ou dans une bonne heure. L'alcool le rendait étrangement bon ce soir, à moins que l'intérêt qu'il portait à ce brun ne fasse la différence. Il tira un joint de sa poche. Trop doux sûrement mais ça ferai l'affaire : - Tu viens partager mon ennui ?

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Parce que y a des gens qui s'en vont, d'autres qui restent, ou qui reviennent dans notre vie. Parce que des fois c'est moi qui m'en vais, qui revient puis qui regrette d'être resté ou parti. Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.For being me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Feat. : Cole Sprouse
Date d'inscription : 19/12/2017
Date de naissance : 31/10/1992
Ville de naissance : Monaco, ce beau pays français
Âge : 25
Métier/études : prince héritier, c'est bien suffisant et nul besoin de travailler.
Nombres de messages : 10
Points : 62
Pseudo : Bloodflower
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Déc - 4:03

Share my Boredom
Côme & Gio


Le regard posé sur lui, je hausse un sourcil, les bras croisés contre mon torse. Pourquoi est-ce que j'accepterais quelque chose de sa part? ''- Oh allez, Côme! J'te demande juste de m'accompagner à une soirée c'est tout. Tu sais que y'aura plein d'belles filles et de beaux mecs là-bas. Ça dit pas d'aller jeter un petit coup d'oeil?'' Ouais, vous savez, le genre de soirée où les filles se promènent à moitié à poil pour se jeter dans l'eau chauffée d'une piscine et les mecs souvent torse nu pour montrer leurs muscles. Moi, je suis un jeune homme chétif. Mes bras démontrent que je m'entraîne, mais je n'ai nullement la carrure et les muscles de ceux que l'on voit dans ces genres de soirées. Moi, c'est le style ténébreux et mystérieux qui me caractérise et c'est bien mieux comme ça! Je n'aime pas me faire cataloguer comme ''tout le monde''. Personne ne sait qui je suis et c'est ce que je veux. ''- J'te jure que si je m'emmerde trop là-bas je te laisse tomber à la première occasion pour me casser, t'as compris oui?'' Mon regard sombre le toise alors que mes bras sont toujours croisés. Un sourire victorieux se faufile sur ses minces lèvres. Il sait qu'il a gagné. J'enfile ma veste en cuir et je pose mon paquet de clopes dans la poche de mon veston. Je le suis jusqu'à sa bécane où je m'assieds sur le siège passager, les bras derrière la tête.

Nous roulons une bonne vingtaine de minutes avant de voir les lumières s'illuminer d'une immense maison. Le genre qui n'a pas peur d'afficher sa richesse. Si seulement l'un d'entre eux sait qui je suis en réalité, ces maisons, manoirs et villas ne valent rien à comparé le palais de Monaco. Je décroche l'une de mes mains qui vint caresser mes lèvres alors que j'observe les lumières éclater en couleurs les unes après les autres. Ouais, c'est sûr que les flics risquent de venir faire un petit passage à un certain moment, surtout si ces idiots mettent la musique trop forte. Moi, je n'ai rien contre eux en grande partie, mais c'est dommage quand ils bousillent une bonne soirée. D'ailleurs, rares sont celles que je peux qualifier de ''bonnes soirées'' ces derniers temps. Toujours les mêmes chansons qui tournent en boucle... L'alcool mauvais marché, la came bas de gamme... Ouais, la merde. Lorsque mon pote se décide enfin à se garer, je descends de sa voiture en réajustant mon veston en cuir. Nous allons ensuite nous annoncer à la porte d'entrée, puisque c'était pas tout le monde qui semblait être accepté ici. Nous franchissons cette petite sécurité avant d'arriver parmi la grande foule.

Dès que nous sommes entrés, nous nous sommes séparés. Je me suis dirigé vers l'alcool afin de me mettre de la vodka pure dans un gobelet en plastique. J'avais pas besoin de mélanger ce liquide clair à n'importe quel jus. Ça gâche le tout et le punch final. Je me fais discret parmi ces gens que je ne connais pas et je trouve un bon endroit, le dos collé contre un mur. Je sors mon paquet de clopes. L'une d'elles s'enfile entre mes lèvres et se fait gentiment pincée avant que je l'allume de mon briquet personnel. La première bouffée pénère dans mes poumons et je l'expire en soupirant. Je me fiche bien si on ne peut pas fumer dans cette maison. Personne ne me dicte ce que je dois faire et ce que je peux faire! Et puis... y'a bien trop de gens ici pour se soucier d'un simple homme comme moi. Soudain, je vois un jeune homme s'approcher de moi. Vous savez, le genre beau mec bien bâti. Pourquoi est-ce vers moi qu'il se dirige?

Il se poste assez près de moi, ce sourire provocateur et charmeur aux lèvres alors qu'il se mit à me provoquer de façon très ouverte. Voilà qui profite à enfin illuminer les ténèbres de cette pauvre et ennuyante soirée! Soit j'allais m'amuser, soit j'allais être grandement frustré par cet homme. L'un comme l'autre, ça allait être divertissant. Lorsqu'il me dit me charrier, je hausse les épaules. S'il veut jouer ainsi, c'est tant mieux pour lui. Mon intérêt vient de baisser d'un cran et mes yeux sombres se sont légèrement déplacés de sa présence pour regarder un peu plus autour de moi. Lorsqu'il me parle de partager son ennui, mon regard se retourne vers lui et je distingue bien le joint entre ses doigts. Un petit sourire apparaît enfin sur mon sombre visage alors que je tire encore sur la clope entre mes lèvres. "- Be my guest." Cette expression anglaise signifiait que j'accepte de me sortir de cet ennui avec lui. Je lui fis un signe de la tête et je me suis mis à me faufiler entre les gens. Étant de carrure plus petit, cela me permettait plus facilement de passer entre les personnes. Je franchis la porte d'entrée, m'éloignant calmement de la maison où la musique ne tapait plus férocement dans mes tympans. Lorsque nous sommes suffisament éloignés, je me retourne vers lui. ''- Alors, bel étalon, tu l'allumes?'' lançais-je en plongeant mon regard dans le tiens. Y'a pas à dire pour moi: j'passe pas par 10 chemins pour arriver où je veux. Il peut d'ailleurs entendre mon accent français qui saute aux oreilles. "- Cette soirée s'annonçait ennuyante, j'ai connu bien meilleurs soirées que ça" dis-je avec désinvolture. Peut-être partageait-il mon avis? Je ne le sais pas. "- D'ailleurs, t'es sûr que tu ne faisais que me charrier tout à l'heure?" lançais-je avec une lueur amusée dans le regard, aimant bien provoquer un peu à mon tour lorsque la perche était tendue.
AVENGEDINCHAINS




PS: pardon du retard! x.x j'ai encore attrapé un truc, ça a été difficile ces derniers jours! encore pardon x.x
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Feat. : Diego Barrueco
Date d'inscription : 18/12/2017
Date de naissance : 28/01/1994
Ville de naissance : Rome
Âge : 24
Métier/études : Un profiteur et un jouisseur
Nombres de messages : 7
Points : 116
Pseudo : Haflingirl
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Jan - 2:44



Share my boredom

« Les rencontres dans la vie sont comme le vent. Certaines vous effleurent juste la peau, d'autres vous renversent complètement. »

 
Gio & Côme

Le tatoué, ravi, se fraya un passage a grands coups d'épaules pour ne pas perdre le petit brun. Un foutu sourire au coin des lèvres, l'alcool lui réussissait grandement ce soir. Le côté le plus sombre quelque peu refoulé, ce fut le côté charmeur et dragueur qui reprenait le dessus. Il aimait tout ce qui était beau, pas de barrières de genre, cherchant une cible et la traquant tel un prédateur. Si les demoiselles étaient facile à charmer, les hommes restaient un véritable défi. Identifié un homme curieux ou avec un penchant plus ouvert que la plupart des hétéros fier de leur machisme s'avérait souvent une tâche bien compliquée. L'issue se terminait soit par un combat soit sous les draps. Deux options en soit très attrayantes malgré le fait que la deuxième soit ce soir plus de rigueur. Quoique.
Le compliment ne fit qu'alimenter l'égo déjà bien entier du jeune brun. Celui ci porta le joint a ses lèvres avec un grand sourire et l'alluma, tirant une première latte rapide puis une deuxième. Il aimait cette odeur âcre et ce goût amer au creux de ses lèvres, cette fumée dense qui s'élevait dans l'air et brouillait sa vue dans un instant éphèmere. Beaucoup trop de douceur pour un palet déjà averti. Il tendit le stick à l'home aux yeux sombres, tentant de l'analyser quelques peu.

Il avait des yeux noir de jais, des cheveux lâchés dans un parfait style coiffé décoiffé, un léger accent qu'il immaginait comme français et qui jurait avec les teintes américaines et italiennes dans sa propre voix. Il constatait lui aussi que la soirée peinait à décoller, il était venu pour tuer l'ennui, se battre, se vendre même si c'était possible. Tout pour sortir de la monotonie qu'on tentait de lui imposer. Il ne roulait pas sur l'or mais vivait avec les moyens du bords :
- Huum .. Ouais, pas trop mon style de soirées non plus, j'avais juste envie de sortir.

La phrase qui suivit lui fit arcquer un sourcil, il le fixa une seconde, tentant de savoir si il poussait la blague un peu plus loin ou si il était réellement sérieux. Au vu de l'air de ce dernier, il ne semblait pas vraiment se moquer de lui. Il reprit avec ce sourire presque carnassier, une lueur brillante au fond des yeux. Aurait il lui aussi l'esprit plus ouvert que la moyenne ? Il pensa ses mots et reprit :
- Tout dépend sur quel bord tu tournes. Ouais t'es plutôt canon dans ton genre.

Récupérant le joint, il se laisse porter par les substances chimiques qui s'insibuaient dans son cerveau, se mélangeait a l'alcool et le détendait franchement. Pour une fois la veine de son bras resterait en paix. Il n'avait pas envie de rentrer avec de nouvelles cicatrices ce soir. Provoquant, il le regarda droit dans les yeux, soutenant le regard si sombre et avec beaucoup trop de franchise et d'assurance balança :
- Mais ouais jvai pas te mentir, si tu m'offres un toit pour la nuit, je peux te dire que je ne te charriais pas le moins du monde.

Il n'avait aucun tact, son corps qu'il avait toujours uttilisé en monnaie d'échange, ça passerai ou ca casserai.

Spoiler:
 

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Parce que y a des gens qui s'en vont, d'autres qui restent, ou qui reviennent dans notre vie. Parce que des fois c'est moi qui m'en vais, qui revient puis qui regrette d'être resté ou parti. Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.For being me.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Under the rainbow :: Heaven Valley :: South Side-
Sauter vers: